<img alt="" src="https://secure.ruth8badb.com/159331.png" style="display:none;">
Blogue Cimpl

Blogue Cimpl

Billet hebdomadaire: découvrez comment gérer l'empreinte digitale de votre entreprise.

L’évolution du « travail optimisé »

Publié par Caroline C. Le Brun | 15 janvier 2015 22:00
L’un de mes derniers articles en anglais portait sur l’arrivée du travailleur robotisé, ainsi que sur les changements qu’il apporterait aux pratiques en milieu de travail dans un avenir rapproché. Aujourd’hui, je prendrai comme point de départ les changements qui ont mené à cette situation.

Les débuts de l’informatique moderne

L’un des éléments qui différencient les êtres humains des autres espèces consiste en la façon dont nous créons la technologie pour nous faciliter la vie. C’est pourquoi des appareils (tel que l’abaque) qui nous aident à accomplir des tâches de base en informatique — mathématiques simples — ont été inventés il y a des centaines d’années. Mais nous nous éloignons un peu trop du sujet de cet article... Parlons plutôt de l’ère moderne. À partir de quel moment est née l’informatique moderne?

La plupart des gens octroieraient ses débuts au travail effectué par Alan Turing entre les années 1930 et 1940. Turing, un mathématicien, a fait une grande réalisation : celle qu’une machine peut résoudre tout problème ayant pour base les mathématiques, et ce, beaucoup plus vite qu’aucun être humain ne le pourrait, pourvu que le problème puisse être représenté par un algorithme (c.-à-d. par une liste de procédures étape par étape). Et parce que le problème peut être résolu, la machine peut être programmée pour accomplir de nouvelles actions basées sur l’arrivée d’une solution.

Tout le monde peut avoir de bonnes idées, c’est une tout autre chose que de les mettre à exécution. Turing, lui, l’a fait. De plus, il a développé la preuve pratique de construction de ces machines... avant d’en fabriquer une lui-même — un ordinateur qui fonctionnait réellement! Grâce à cette idée et à cette invention, Turing a pu déchiffrer des codes qui avaient 158 quintillions (le chiffre 158 suivi de 18 zéros) de combinaisons possibles par jour, tous les jours, pendant deux ans. Sans les ordinateurs, la tâche de déchiffrer un seul de ces codes aurait nécessité des centaines d’années à un humain.

Il est vrai que peu d’entre nous sont confrontés à de tels défis. Toutefois, pratiquement tous les événements qui se produisent dans la nature ainsi qu’à peu près toutes les activités peuvent être décrits en langage de procédures mathématiques basées sur des listes. C’est pourquoi l’informatique nous simplifie tant la vie — pourvu qu’une activité puisse être traduite dans des termes compris par un ordinateur, la machine sera en mesure d’exécuter la tâche à une vitesse fulgurante.

Après Turing

Aucun utilisateur moderne ne serait prêt à concevoir que la machine de Turing était un ordinateur. La création du mathématicien était une immense machine entremêlée de prises, de commandes, de courroies, de cadrans et d’autres vis et écrou... Elle remplissait également une pièce entière.

Les ordinateurs qui ont suivi sa machine étaient plus imposants encore — ils remplissaient des bâtiments en entier, pesaient des tonnes et coûtaient des millions. Il est étrange de constater qu’en comparaison avec la taille et le coût de ces machines primitives, la puissance informatique était extraordinairement basse selon les normes modernes.

RFP Template_CTA

Souvenez-vous lorsque j’ai mentionné que la machine de Turing pouvait faire environ 158 quintillions de calculs chaque jour : il s’agissait de la machine la plus rapide de son temps. En date d’aujourd’hui, l’ordinateur le plus rapide est le China's Tianhe-2, avec une vitesse de 54,9 pétaflops. À des fins de référence, un pétaflops représente mille trillions de calculs par seconde. Pour donner une échelle de comparaison, sachez qu’il existe moins que la moitié d’un milliard d’étoiles dans notre galaxie. Alors, impressionnés?

Il n’est même pas nécessaire de jeter un coup d’œil à nos machines les plus avancées pour l’être. Beaucoup (la plupart, si nous voulons être honnêtes) de nos gadgets sont de véritables superordinateurs en comparaison aux siècles passés. En fait, ils le seraient également il n’y a de cela que quelques années. Voici quelques faits intéressants :

Je vous encourage à relire ce dernier fait. Oui, de vieux téléphones mobiles comme le iPhone 4 ont plus de puissance qu’une machine d’un milliard de dollars conçue pour sonder la surface d’une autre planète, à des millions de kilomètres de la terre.

L’évolution du « travail optimisé »

Nous en sommes arrivés à un point où la moyenne de téléphones intelligents et d’appareils mobiles remet une quantité incroyable de puissance entre les mains de tout utilisateur. À quoi assiste-t-on lorsque ceux-ci sont utilisés de concert avec les processus d’automatisation d’affaires modernes?

J’aurais tendance à répondre : « à l’âge d’or de l’informatique d’affaires ». Grâce à la puissance de nos appareils mobiles, nous pouvons maintenant :

  • Fournir des services importants aux personnes en régions éloignées;
  • Obtenir une intelligence (d’affaires) à partir de n’importe où dans le monde, pourvu que cet endroit ait une connexion internet;
  • Prendre contact avec des personnes de partout, mettant en commun plus de savoir qu’il n’en a jamais été possible dans l’histoire.

Il n’est certainement pas dur d’en voir les avantages! Nous avons maintenant les moyens de mettre nos offres et services à la portée de tous, à peu de coûts. La clé réside dans l’utilisation de la technologie — en particulier de l’automatisation d’affaires — afin d’optimiser le travail.

Si vous avez besoin d’aide pour gérer la technologie moderne au sein de votre entreprise, communiquez avec nous chez Cimpl! Notre entreprise est le chef de file canadien en gestion des dépenses en télécommunications et en TI: nous aidons les organisations dans la gestion de leur technologie depuis plus de 18ans déjà!

Feuille de route 2019

ARTICLES RECOMMANDÉS:

Sujets : Optimisation, Travailler intelligemment, Lieu de travail

Écrit par Caroline C. Le Brun

Directrice marketing chez Cimpl, Caroline, qui travaille dans le milieu depuis 16 ans, a grandement amélioré la présence de l’entreprise sur Internet ainsi que la reconnaissance de l’industrie. Grâce à sa collaboration étroite avec des analystes et à sa connaissance des dernières tendances en gestion des dépenses en TI, elle connaît bien le monde de la technologie et les meilleures pratiques en GDTI. En tant que spécialiste passionnée, elle travaille avec son équipe de marketing pour que Cimpl dépasse ses propres accomplissements.

Inscrivez-vous pour recevoir les articles par courriel!

Suivez-nous!

Feuille de route du produit 2019
Qu'est-ce que la GDM?
Que sont les CCU?